Celle qui Hantait mes Rêves

Equipe Technipeche 27 mai 2016 Commentaires fermés sur Celle qui Hantait mes Rêves
Celle qui Hantait mes Rêves

La météo annonce un temps estival, et les premières chaleurs de l’année sont souvent synonyme de fraie ou de rassemblement de carpes sur des secteurs précis.
Un moment idéal pour réaliser un rêve…

En ce début du mois de mai, j’arrive à destination, gonflé à bloc et remonté comme jamais connaissant l’exceptionnel cheptel de ce plan d’ eau. La profondeur se situe aux alentours de 6 mètres.Je décide de pêcher une pointe d’île disposant d’un plateau pourvus de graviers avec une profondeur de 4.50 mètres. L’eau étant encore haute et submerge l’île : sécurité et garde manger pour nos carpes !Avec la chaleur annoncée, je pense que les poissons vont commencer à se rassembler pour la fraie ou simplement venir prendre leurs premiers bain de chaleur, voilà l’intérêt de ce poste. Je décide de proposer à ces dames un amorçage lourd dés le début, constitué de billes et de graines.

Des rappels auront lieu toutes les 2 ou 3 heures pour être certain que le spot dispose en permanence d’appâts : si les carpes viennent à rentrer sur le spot, elles y trouveront larges pitances. Les Delkim resteront mués durant les 24 premières heures et il me faudra attendre le lendemain pour ouvrir le bal, mais malheureusement ces deux premières touches se solderont par la perte des poissons. Mais l’attente qui s’en suivit valait bien la peine car j’allais passer du rêve à la réalité : mon détecteur chante, contact ! Un gros combat s’engage, c’est lourd et lent et sa colle le fond, la belle se défend en livrant toutes ses forces dans ce combat.

Mon cœur bat la chamade et mes jambes tremblent, la belle donne tout, elle enchaîne rush sur rush et quand enfin je l’aperçois, je comprends très vite que j’ ai affaire à un gros poisson.
Ce n’est plus un rêve : verdict du peson 24 kilos miroir.

La fin de nuit va s’avérer mouvementée : je replace ma canne et je rappelle… Mais pas le temps de savourer ou de rêver, qu’ une miroir de 17 kilos rejoint sa congénère pour la séance photo du matin. Au petit matin un autre détecteur se met à hurler et c’est une jolie miroir de 10,500 kilos qui finit devant mon Nikon. La nuit a été quelque peu éprouvante, et je profite d’un moment de répit pour me reposer. Quelques heures plus tard, je reprends des forces avec un bon petit déjeuner, et croyez-moi, lancer de la bille au Cobra et amorcer au spomb toutes les 2 ou 3 heures ça épuise le bonhomme !
La journée sera calme, et il me faudra attendre le milieu d’après midi pour que mon moulinet se mette à nouveau à s’emballer. Ferrage ! Le poisson veut rentrer dans l’île, je bride en force et parviens à le détourner, quelle bataille ! Ma dextérité me fait sortir vainqueur de ce combat, et le peson affiche 19 kilos, I’m happy !
La fin d’après midi et la soirée seront calmes, alors au programme partage, convivialité et respect autour d’ un rafraîchissement et d’un bon barbecue. Et c’est dans la nuit que je clos le bal avec une jolie carpe de 13 kilos. Nous sommes à l’aube du dernier jour et il est temps de remballer pour un retour à la civilisation : je suis sur mon petit nuage, quelle session de dingue : je viens de réaliser un rêve  !

MATOS et APPÂTS

Montages  : Furtive lead core sable camouflé 45lbs, Fluoro Carbon Invisible 0.50 mm, Strong Long Distance 850B taille 2, Clip Plomb à patte inox.
Amorçage 
: Bouillettes Dynamits Baits (krill crayfish), maïs, avoine, Froolic, pellets.
Esches  :
Mainline pop-up (pinaple), maïs multicolores plastique Technipêche flotant, Dynamite Baits ( krill crayfish).

Sébastien Sénécaille
Team TECHNIPECHE

Les commentaires sont clos.