Histoire du bord de l’eau | Mon Papa et moi,

Equipe Technipeche 31 juillet 2016 Commentaires fermés sur Histoire du bord de l’eau | Mon Papa et moi,
Histoire du bord de l’eau | Mon Papa et moi,

Mon Papa et moi avons décidé de nous rendre dans un étang situé à Chimay en Belgique. Ce plan d’eau se situe au milieu d’un bois et couvre une superficie d’environ 4 hectares avec une profondeur moyenne d’environ 1,50 m. Un pur moment de bonheur vécu au bord de l’eau à écouter retentir les détecteurs…

Vendredi nous sommes partis de bonne heure car il commençait déjà à faire très chaud et nous avions pas mal de route à faire. Lorsque nous sommes arrivés sur place, nous pouvons constater pas mal d’activité sur les bordures, nous nous sommes dit « Aie ! » le moment du frai commence…

Nous commençons à installer notre campement, à préparer le matériel et nous décidons sur quelle base nous allions commencer notre session. Après concertation nous choisissons de monter nos 3 cannes avec une tête de ligne de Fluorocarbone Superhard en 40/100 et employons également des Rapid Clips avec des émerillons Luxe et des agrafes Classic Carpe sur 2 cannes. La 3 ème canne est quand à elle pourvue d’un anti-angle hélicoptère « light » modèle long 50 cm. Pour les 3 cannes nous utilisons la tresse à bas de ligne Technitop Spécial Cheveu en 16 kg de couleur marron, équipée d’hameçons Daï Steel Bendhook 650B n°4.

Comme appât nous jetons notre dévolu sur des bouilettes en 15 mm Tahiti Bob Belgium Trackers Team. Après avoir préparé toutes les cannes nous commençons a spoder a environ 70/75 mètres avec uniquement du chènevis sur une assez large zone.

Plus tard, mon papa se trouvant près de nos collègues, le détecteur retentit et je me presse pour prendre contact avec le poisson ; après environ une dizaine de minutes d’un âpre et beau combat je mets au sec mon premier poisson de l’année représenté par une jolie commune. Nous replaçons cette canne toujours avec le même appât et au même endroit. Après un long moment d’inactivité, en début de soirée une autre canne se met à dérouler.

Je me précipite de ferrer avant que mon papa y aille, et nous mettons au sec une jolie petite miroir. Vers 3h40 du matin il y a eu un autre départ, c’est papa qui a ferré le poisson et le restant de la nuit a été très calme. Le terme de notre session avance à grands pas, presque tout le matériel est pratiquement rangé dans la voiture.

Je me dirige vers le rod-pod afin de retirer les cannes. Tout en avançant je remarque qu’une canne fait un simple bip. Je m’approche de cette canne et remarque que le fil bouge vers la gauche.

Je ferre et au final nous mettons au sec un petit amour blanc. Ainsi s’achève cette session.

Nous finissons avec un résultat de 9 poissons, un super week-end avec mon papa vécu au bord de l’eau dans la nature, à écouter le chant des oiseaux et faire le vide dans sa tête…

Merci à tous d’avoir lu ce petit article et bonne déroule à tous.

L’aventure ne fait que commencer !

Léa GLAVIC
Team TECHNIPECHE

Les commentaires sont clos.